De l’arbre à la maison écologique – Episode 1 : La Forêt

Les avantages environnementaux de l’utilisation du bois dans la construction ne sont plus à démontrer. Matériau 100% naturel, renouvelable, dont la transformation nécessite une faible consommation d’énergie, les bienfaits du bois sont multiples. Mais quelle est l’origine et le parcours de ce matériau d’exception aux propriétés uniques ? Manon, ingénieure bois chez ARTECK, raconte l’itinéraire d’un élément de bois, de la forêt à la maison écologique !

Episode 1 : La Forêt

Véritable « poumon » de la planète, les forêts jouent un rôle de purificateur de l’air, essentiel dans la lutte contre le changement climatique. Mais il est important de comprendre la mécanique de l’arbre et l’enjeu d’une exploitation forestière responsable, qui peut encore en décupler l’effet positif sur l’environnement.

LE CARBONE, L’ALIMENT DE L’ARBRE

La vie d’un arbre et d’une forêt est une histoire de lumière. L’arbre grandit et se « nourrit » en transformant du CO2 en O2 (photosynthèse) grâce à la lumière. Une fois adultes, ils ne captent plus autant de CO2 que lors de leur croissance ; ils ont alors tout intérêt à être récoltés. D’une part, pour laisser place à de nouvelles pousses en pleine croissance qui capteront plus de CO2. D’autre part, pour ne pas faire d’ombre et perturber la croissance des plus jeunes arbres qui ont besoin de lumière.

C’est cette gestion réfléchie du renouvellement de la forêt que l’on appelle gestion durable.

UN STOCKAGE DE CARBONE DANS LA DUREE

Même transformé, le bois conserve la quantité de carbone ingéré pendant sa croissance : c’est cette qualité du bois qui en fait une aubaine pour l’environnement. En effet, le carbone y est stocké pendant toute la durée de son utilisation. Lorsque le bois se décompose (par pourrissement ou par combustion par exemple), il restitue le carbone dans l’atmosphère ou dans le sol. Utiliser le bois des arbres adultes est donc extrêmement pertinent : le carbone est contenu dans le « réservoir » du bois, ce qui lui évite d’être relâché dans l’atmosphère.

En résumé, le bois consomme le carbone pendant sa croissance et le stocke pendant toute la durée de son utilisation. Tout simplement !

LE PARC FORESTIER FRANÇAIS : UNE RICHESSE ENCORE SOUS-EXPLOITEE

Bien qu’importante, la surface forestière française n’est pas toujours appropriée à la demande. Ainsi, seulement 50% de l’accroissement biologique annuel est exploité. La sous-exploitation forestière a pour conséquence de voir stagner le potentiel de stockage du carbone et l’expose aux aléas climatiques et biologiques. Il est donc important d’effectuer une sylviculture dynamique et durable tant dans le choix et la quantité des essences implantées que dans la stratégie de récolte.

Les organismes certificateurs

Pour assurer aux usagers un produit en bois issu d’une forêt gérée durablement, les labels PEFC, en France, et FSC, à l’international, ont mis en place une chaîne de contrôle tout au long de la transformation du bois.

Quelques chiffres pour situer les forêts françaises

17 millions : Le territoire français est constitué de 17 millions d’hectares. Cela représente 30% du territoire. La gestion en bonne et due forme de la forêt est d’autant plus impactant en France compte tenu de l’étendu du parc forestier français. Elle est le 3ème pays européen en termes de récolte de bois.

La répartition des essences des forêts françaises